Actualités

22 avril : Journée de la terre - Le changement climatique devient quelque chose de personnel

actualités - 22/04/2010

La Conférence de Copenhague aura peut-être un impact durable. Les contraintes imposées par les quelque sept milliards d'êtres humains seront mieux comprises et mieux gérées.

Pendant des années, on a associé le changement climatique aux ours polaires sur la banquise. La vérité est que le changement climatique nous affecte au quotidien, dans nos décisions, nos maisons, notre vie. La menace qu’il représente est un problème mondial qui exige une véritable coopération à l’échelle internationale, et la Conférence des parties de Copenhague a été la première de l’histoire à réunir plus de 100 chefs d’État pour discuter du changement climatique.

 

Que s’est-il exactement passé à Copenhague?

Les principaux résultats de la conférence sont les suivants:

  • Tous les pays - sauf cinq - ont « pris note » de la proposition finale. Ces pays doivent faire part de leurs plans de réduction des émissions et de lutte contre les impacts déjà perceptibles du changement climatique. Le document final n’est toutefois pas contraignant et sa signature est plutôt un acte de bonne volonté. On peut espérer que lors de la prochaine conférence sur le climat en décembre prochain à Mexico, les pays essaieront de consolider la proposition.

  • Les États-Unis, la Chine et l'Inde se sont engagés à diminuer leurs émissions de carbone d'ici 2020. Les États-Unis ont promis de réduire leurs émissions de 17%, la Chine de 45% et l’Inde vise une diminution de leur intensité en carbone de 24%. Quelle est la différence? L’intensité en carbone mesure la quantité d’énergie utilisée pour produire une unité de croissance économique, ce qui en fait une ligne directrice pertinente pour les pays en développement.

  • La Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a annoncé que les États-Unis allaient aider à mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour affronter les besoins des pays en développement en matière de changement climatique. Ces fonds serviront en particulier aux actions d’adaptation (pour composer avec l’impact du réchauffement) et d’atténuation (pour réduire les émissions).

 

Alors, qu’est-ce qu’on fait?

L’OIT a pris un « engagement vert » dès 2008. Le Centre international de formation de Turin soutient la promotion des initiatives de l’OIT en matière d’emplois verts à travers son programme de formation correspondant. De plus amples informations sont disponibles à l’adresse http://greenjobs.itcilo.org/ .

Le site web propose également un glossaire, et des informations complémentaires peuvent être trouvées sur le site de la CCNUCC (Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique): http://unfccc.int/2860.php

Cessons de jouer avec notre avenir et affrontons le changement climatique. Engageons-nous au-delà des promesses de Copenhague. Et surtout, gardons le rythme!